Bonne nuit les petits !

6 11 2009

NounoursHortefeuxÉlections régionales obligent, le gouvernement se sent obligé de céder une fois de plus à la tentation sécuritaire et nationaliste pour rassurer une partie de ses électeurs. Et ce d’autant plus que les chiffres concernant l’insécurité se sont dégradés depuis l’arrivée de Sarkozy au pouvoir. On voit donc naître des séries de mesures ou de déclarations de de différents membres de l’exécutif : débat sur l’identité nationale, démantèlement de la « jungle » de calais, proposition de loi sur la burka : Tous ces sujets sont de vrai sujets mais c’est la manière employée et les solutions proposées qui m’inquiètent.

Dernière goutte d’eau cette semaine qui me pousse à écrire cet article , la proposition par Brice Hortefeux d’un couvre-feu pour les mineurs délinquants de moins de 13 ans.
Le gouvernement agit comme à son habitude :
Sur la manière : il lance un pavé dans la mare sans avoir préparé un cadre à sa nouvelle « réflexion ».
Et sur le fond : il met en exergue les dangers, l’insécurité et propose une « loi » de plus plutôt qu’un travail continu sur le terrain
Il se prémunit également de toutes les critiques à venir en déclarant passifs et naïfs tous ses détracteurs qui, parce qu’ils critiquent cette proposition ne verraient une solution que dans la prévention et seraient par conséquent des laxistes soixante-huitards.

Mais force est de constater que les critiques tombent de partout cette fois-ci : non seulement des opposants politiques mais aussi des juges pour enfants qui voient mal comment une telle mesure pourrait être applicable et même des syndicats de police qui voient mal comment concilier notamment baisse des effectifs avec une recrudescence des contrôles.
C’est même parmi ses rangs que viennent les critiques les plus sensés : Le député UMP des Yvelines Pierre Cardo s’est montré « extrêmement réservé » sur cette proposition : « Cela pose plusieurs questions. D’abord, la plupart des mineurs de moins de 13 ans qui se promènent seuls la nuit ne sont pas tous délinquants » et « pour la plupart, ils n’ont pas de papiers d’identité sur eux », a-t-il observé sur France-Info.
« Conclusion, ça va, à mon avis, poser quelques petits problèmes d’identification, d’autant que la nuit, on n’a pas tant que ça de policiers qui se promènent dans nos quartiers et surtout ce ne sont pas des unités locales », a ajouté le député UMP.

Concrètement, imaginons un peu la scène : un policier arrête un jeune de 12 ans et lui demande ses papiers. Dans la majorité des cas, il ne les a pas sur lui, le policier décide donc ou pas de l’emmener au poste pour un contrôle d’identité. Si le mineur n’est pas délinquant, il le relâche : il a fait naître un sentiment de défiance supplémentaire chez le jeune qui considère l’acte comme un délit de « sale gueule ». Si le mineur est effectivement délinquant, il entame une procédure encore inconnue à ce jour.
Croyez-vous que l’annonce de cette loi va :
– Inquiéter ces mineurs et les pousser à rester chez eux ?
– Encourager les parents à se responsabiliser ?
– Améliorer les relations entre police et les habitants du quartier, créant un sentiment de défiance généralisé ?
– Rendre la vie de la police plus simple, lui ajoutant un travail pénible avec des effectifs moindres et ce, pendant la nuit ?

Personnellement, j’en doute et je commence à être fatigué par la démarche du gouvernement qui consiste à déclarer qu’il agit alors que les gouvernements précédents sont restés les bras croisés. N’oublions pas que les socialistes avaient lancé une police de proximité, qui était sensée recréer des liens pérennes avec les jeunes de quartier et que cette police a été démantelée avant même que l’on ne puisse juger de ses résultats.Cette mesure, avec le démantèlement progressif de certains bureaux de postes, allait d’ailleurs isoler encore plus certains quartiers qui ont besoin de ces lieux de vie avant qu’ils se transforment en zones de non droits.

De toute façon, en prenant le mal à la surface, il est évident qu’il ne sera pas résolu. Et j’en reviens à mon crédo :
– donner avant tout plus de moyens pour l’éducation, je n’entends pas par là plus d’enseignants mais des enseignants mieux payés et mieux évalués et une incitation financière forte pour pousser les meilleurs enseignants à venir dans ces quartiers difficiles pour redonner aux enfants le goût de l’école. Je pense mais cela mériterait un autre post que la les meilleurs enseignants sont souvent ceux qui ne respectent pas les méthodes ou programmes, l’enseignement étant souvent trop théorique et pas assez pratique, dégoutant les élèves qui n’arrivent à voir un sens derrière ce qu’ils apprennent.
– aider les élus locaux dans leur démarche à encourager tout ce qui peut créer une vie de quartier : commerces, associations, poste, installations sportives, police de proximité etc.

Bref encourager le dialogue plutôt que l’isolement. Et à ceux qui considéreraient ces propos comme émanant d’un bobo socialo naïf à l’abri de toutes ces difficultés, je répondrais à l’avance que je ne prône aucun angélisme ou laxisme et que je crois au contraire dans les vertus de l’autorité si elles sont associées au dialogue. Prenons une image simpliste : mon fils vient de mal se comporter, je préfère lui expliquer sa faute et le punir ensuite plutôt que directement lui infliger une punition qu’il ne comprendra pas obligatoirement. Mais je ne crois en aucun cas qu’une fessée va le traumatiser, rassurez-vous !

Publicités

Actions

Information

2 responses

13 11 2009
Frédéric Winter

Et bien Eric, on se lache, dirait-on ? De nos jours il faudrait plutot se soumettre à un droit de réserve dès lors que l’on est un peu écrivain. En effet dans la confusion ambiante qui règne dans le monde des idées, voilà que l’ami député de notre président, M. Eric Raoult, prétends lui aussi « réagir » comme il faut, en ordonnant un droit de se taire aux prix Goncourt. Alors un couvre feu pour les ados pour l’un, une assignation à le fermer pour l’autre, une évaluation de la dangerosité des sortants de prison qui pourrait les maintenir en rétention après leur peine, pour le ministre de la justice, tout cela nous prépare à un gouvernement de l’opinion et de la gesticulation post- fait divers, potentiellement dangereux;
Et pour ce qui est de l’aide à apporter aux élus locaux, je me prépare à le faire ardemment avec mon nouveau boulot.

14 11 2009
ariko51

oui, Eric Raoult, c’est le champion toutes catégories de la politique pourrie.

Il vient de proposer un label « pays amis de la France » pour pouvoir faire plaisir au Gabon ou à la Tunisie par ex … »Éric Raoult attire l’attention de M. le secrétaire d’État chargé de la coopération et de la francophonie sur l’intérêt que représenterait la création d’un label « Pays amis de la France ». En effet, il peut paraître assez singulier voire très surprenant que l’on puisse constater régulièrement que les médias et certains responsables politiques français s’ingénient à dénigrer certains pays pourtant amis de la France. Cette méthode regrettable est ainsi couramment utilisée à l’encontre de pays comme la Tunisie ou le Gabon par exemple. Alors même que ces « droits de l’hommistes » impénitents voire professionnels oublient les mêmes réclamations pour de nombreux autres pays. Dès lors, il pourrait s’avérer intéressant de créer puis de décerner un label « Pays amis de la France » pour les nations étrangères avec lesquelles nous entretenons des relations privilégiées d’amitié et qui sont des clients attitrés pour notre commerce extérieur. »

Ce mec est incroyable !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :